Lutte contre le court-noué

Le Court-Noué

Le court-noué ou dégénérescence infectieuse comprend une panoplie d’anomalies sur divers organes de la vigne tels que les entre-nœuds courts sur les sarments qui ont donné le nom courant de court-noué à cette maladie. Deux virus sont à l’origine du court-noué : le virus du court-noué (GFLV : grapevine fanleaf virus), le virus de la mosaïque de l’arabette (AMV : arabis mosaic virus).

Transmission
Les virus responsables du court-noué sont transmis de vigne en vigne par le greffage et par des nématodes dans le sol. L’utilisation de matériel de multiplication contaminé conduit à une dissémination de la maladie de vignoble à vignoble tandis que la transmission par les vecteurs, cause des foyers limités dans le vignoble. La transmission vectorielle est très spécifique et se produit par le biais de nématodes appelés Xiphinema index et Xiphinema diversicaudatum.
Ce nématode vit dans les sols à des profondeurs variables. Il ressemble à un petit vers rond et ne se déplace que très lentement d’une année à l’autre (environ 1,50 m) d’où une contamination limitée comparé à du matériel de reproduction infecté. Pour se nourrir, le nématode va piquer les racines et transmettre le virus s’il est infecté. Ce nématode peut survivre dans les sols après arrachage de la vigne pendant 4 à 5 ans sur les morceaux de racine non extirpés. Dans le but de limiter la propagation dans les vignobles français, il est conseillé de laisser reposer le sol 10 ans avant de replanter une parcelle de vigne ou de désinfecter le sol à l’aide de fumigants (gaz que l’on introduit dans le sol afin d’y détruire des organismes vivants dits nuisibles).

image-2924
Nématode Xiphinema index source : INRA colmart

Symptômes

Les symptômes foliaires sont visibles à partir du début de l’été. La panachure est le symptôme le plus frappant. Il s’agit d’une jaunisse partielle ou complète de la feuille dont l’intensité semble dépendre du cépage ainsi que de la souche du virus.
Sur les sarments, on constate des entre-cœurs très courts, des doubles nœuds, des fasciations et des bifurcations anormales.

image-2925

Symptôme « panaché » du court-noué. source: IFV

Court-noué sur les sarments
image-2926

Différents symptômes sur sarment. Source : eac07viticole.mon3w.fr

Effet du court-noué sur les sarments
image-2927

Symptômes sur les sarments. Source : eac07viticole.mon3w.fr

Les symptômes sur les grappes sont le millerandage et la coulure. La dégénérescence affecte donc à la fois le rendement pouvant être réduit de 50% et la longévité des ceps. Une vigne atteinte de court-noué ne peut être sauvée c’est pourquoi il est important de mettre en place une lutte préventive dès le greffage en pépinière des nouveaux plants pour la plantation d’une parcelle ; désinfecter ses outils de taille, raser et sortir la souche infectée de la parcelle pour éviter la contamination des souches voisines.
Attention toutefois de ne pas confondre le court-noué avec d’autres maladies, ou avec des dégâts causés par des herbicides ou simplement une carence nutritive (les feuilles peuvent prendre la même couleur). Pour cela il est nécessaire de mettre en évidence le virus par diverses méthodes effectuées en laboratoire.

image-2928

Symptômes sur feuille: la feuille se déforme et prend une couleur particulière. source:eac07viticole.mon3w.fr

Le Némadex AB : une réelle avancée

Ce nouveau porte-greffe permet donc de limiter la propagation du court-noué. Le travail  d’Alain Bouquet (l’extension AB du Némadex) aura duré 20 ans et à la suite de nombreux croisements entre différentes variétés de vignes et de porte-greffe, les essais se sont montrés concluants, suffisamment pour demander une inscription au catalogue des porte-greffes.
Les essais ont étés menés dans l’Hérault depuis 1999 à Villeneuve-lès-Maguelone au domaine du Chapitre (domaine expérimental de l’INRA). Sur une parcelle fortement infectieuse, du Cabernet-Sauvignon a été planté sur le porte-greffe Némadex AB et sur du SO4. Le constat est simple : 8 ans plus tard, 20% des porte-greffes Némadex AB sont infectés contre 90% pour le SO4. Le Némadex AB démontre ses capacités à freiner la propagation de la maladie.
Mêmes résultats à Châteauneuf-du-Pape où en 2003, une parcelle de Grenache à été greffée sur Nemadex AB et sur 110 Richter. Au final, c’est plus de 80% des plants contaminés pour le porte-greffe 110 Richter contre une contamination proche de zéro pour Némadex AB. Le type de sol et/ou le type de cépage ont sans doute une influence sur la propagation du nématode et sur l’efficacité du nouveau porte-greffe.
Entre 2007 et 2009, il a été mis en place des essais partout en France pour un total d’une vingtaine de parcelles composées de différents cépages et divers porte-greffe, Némadex AB restant le porte-greffe témoin. Les résultats obtenus dans les années futures seront précieux pour étudier le comportement de ce nouveau porte-greffe dans des conditions climatiques différentes, des sols différents avec des cépages différents.
Même si ce nouveau porte-greffe n’est pas résistant au court-noué mais seulement tolérant, c’est tout de même une grande avancée face à cette maladie qui ravage le vignoble français et mondial, et contre laquelle seuls des moyens de lutte « dérisoires » existaient jusqu’alors. Espérons que la recherche progresse encore.

image-2929

Court-noué sur parcelle, localisation instantanée. source : INRA

Cette entrée a été publiée dans Techniques Viticoles le par Romain.
À propos Romain

Etudiant DNO Montpellier diplômé en 2012 Diplômé OIV en 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *