Archives du mot-clé vin doux naturel

Mon compte-rendu de Millésime Bio 2013 et ses off (2/2)

La suite de mes tribulations viniques à Millésime Bio …

CDP BIOTOP 2013 edito actualite   Mon compte rendu de Millésime Bio 2013 et ses off (2/2)

Bruno et Isabelle Perraud – Les Côtes de la Molière

  1. Beaucoup de vins brut de cuve : pour ces adeptes du bio et si possible du sans SO2 (le vin nature qui fait tant débat), ils font des vins sur plusieurs terroirs en Beaujolais (Moulin à Vent, Saint Véran, Beaujolais Villages, Morgon, Pouilly Fuissé) avec une activité de négoce (achat sur pied et vinification au domaine). Vraiment, on sent que la vinification est maîtrisée. Mention spéciale au Morgon et au Blanc des Molières (super minéralité et nez splendide).

La Soufrandrière – Les Bret Brothers

  1. Leurs Pouilly Vinzelles (climat Les Longeays et climat Les Quarts) : même cépage et même élevage. Et pourtant deux vins avec des caractéristiques complètement différentes. L’effet Terroir avec un grand T.

Chateau Gombaude Guillot – Claire Laval

  1. Une petite verticale avec en prime du grand contenant : un Pomerol (80% Merlot – Cabernet Sauvignon et Cabernet Franc pour 20%) fait pour voyager dans le temps et pour longtemps

Clos Canarelli – Figari

  1. Plus charmé par ces rouges (Nielluccio et Scacciarello) que par ces blancs. Et une cuvée spéciale élevée en amphore qui donne un côté très aérien au vin.

Henri Milan – Saint Rémy de Provence

  1. Beaucoup de vins à déguster mais j’ai été très marqué par la cuvée Le Clos dégusté dans les millésimes 2006 et 2007. Le 2006 est excellent, d’une complexité remarquable avec des notes de sous-bois qui pourrait nous égarer vers des rouges beaucoup plus septentrionaux.

millbiorecto 300x214 edito actualite   Mon compte rendu de Millésime Bio 2013 et ses off (2/2)

Ambiance différente dans une belle salle du château de la Mogère qui malheureusement va être comprimé par le nouveau tracé de l’autoroute et la future gare TGV de Montpellier. Ce off était consacré essentiellement aux vignerons du Fenouillèdes avec quelques invités (Francis Boulard en Champagne, Iris Rutz-Rudel à Olargues, Ivo Ferreira à Montpeyroux et d’autres). C’était la fin de journée et je n’ai pas pris énormément de notes.

Cave de Riberach : c’est un projet ambitieux réalisé en 3 volets : l’ancienne cave coopérative de Bélesta transformé en hôtel de luxe, une production de vins et un restaurant avec un chef réputé.

  1. Des jolis vins, bien travaillés, avec des cépages autochtones (du carignan dans les 3 couleurs blanc, gris et noir par exemple), du travail parcellaire (syrah sur schiste ou syrah sur calcaire, carignan sur granit). L’ensemble est très cohérent. Un beau projet qui espérons le sera une réussite.

La Boria : Vincent Balansa a des idées bien arrêtées et essaye de les faire partager. Après avoir travaillé chez les plus grands de la région (Peyrus – Clos Marie, Gauby, Le Soula notamment), il monte un projet communautaire (BioTrilla) autour de son travail dans les vignes et à la cave. Il ne veut pas vendre pas ses vins aux marchands du web, préférant privilégier ses cavistes. Ce n’est pas le premier à me tenir ce genre de propos. Tant mieux pour lui si il n’a pas besoin de nous pour vendre.

Iris Rutz-Rudel – Domaine Lisson : Situé à Olargues, dans la vallée du Jaur, dans les hauts cantons héraultais, ce minuscule domaine de 2 ha est le rêve un peu dingue d’un couple, domaine qui a commencé ces plantations dans les années 90. Iris tient toute seule la barre de ce micro-domaine avec toute la passion et l’enthousiasme qui la caractérise. Ils rêvaient de faire des grands vins qu’ils ne pouvaient se payer : ce pari est réussi.

  1. J’ai dégusté plusieurs millésimes (de 2002 à 2007) de la cuvée Le Clos des Cèdres, cuvée 100% mourvèdre. L’effet millésime est bien présent avec des vins parfois un peu austères encore (2007 notamment) et d’autres follement remarquables de complexité et de profondeur (2002). Midi-Vin va vous réserver une petite surprise au sujet de ces vins très prisés et si rares à votre table.

Francis Boulard :

  1. Attention bombe atomique : la cuvée Les Rachais est tout simplement extraordinaire. Je ne suis pas trop bulle comme dégustateur mais là, cela faisait longtemps que j’avais pas ressenti une telle émotion en dégustant un vin, qu’il soit tranquille ou effervescent. Tout y est : richesse, complexité, arôme, longueur, plaisir, finesse, équilibre. Impossible de recracher. Et les autres cuvées sont vraiment très bien aussi. A découvrir dans ce domaine aussi la cuvée Petrae Réserve Perpétuelle élaborée selon le principe d’une soléra (ajout pour 25% de la dernière vendange – démarrée en 1997).

Et pour finir le mercredi entier fut consacré à :

logo millesime bio edito actualite   Mon compte rendu de Millésime Bio 2013 et ses off (2/2)

Domaine Rousselin (Laurence et Pascal) à Lesquerde dans les Pyrénées Orientales

  1. Dégustation de leurs cuvées Les Orientales et le Rivesaltes Grenat : on est dans le Sud, c’est chaleureux mais pas lourd, c’est épicé mais çà emporte pas la gueule, y a du fruit, du croquant, une envie d’y revenir. Les Orientales est le vin parfait pour accompagner une cuisine exotique aux épices douces, un tagine, un curry doux. Et le Grenat (à boire légèrement rafraîchi)  exhale la figue, les cerises noires, la gourmandise, le plaisir.

Domaine Le Clos du Gravillas (Nicole et John Bojanowksi) : depuis qu’ils sont des stars de cinéma (chercher Les Terroiristes du Languedoc sur votre moteur de recherche préféré), Hollywine se les arrachent. C’est toujours un plaisir de déguster leurs vins : l’enthousiasme de Nicole et la qualité de leur travail vous embarquent plus loin qu’une simple dégustation.

  1. Deux vins du Clos du Gravillas me laissent toujours pantois : Emmenez moi au bout du Terret 2011 (Terret Gris passé 50% en demi muid)  et Lo Vieilh 2009 (100% Carignan dont certains seraient centenaires). Et puis ils font plein d’autres cuvées (l’Inattendu en Minervois Blanc – Grenache Gris / Grenache Blanc et Maccabeu) qui sont toutes des petits bijoux avec des personnalités. Comme les patrons !

Une fois de plus, ces quelques jours m’ont permis d’apprécier la diversité et la richesse des produits proposés, les efforts incessants des vignerons pour proposer des vins toujours plus subtils et remarquables, la cordialité et l’empathie de tout ce petit monde qui est vraiment plaisant. Cela permet d’apprécier les efforts que nous faisons pour vous permettre de mieux apprécier les vins du Languedoc Roussillon.

Dégustation des vins du Domaine de la Rectorie

Imaginez des vignes à flanc de montagne, plongeant droit dans la mer. Autour de vous, les embruns maritimes, un soleil brûlant et sous vos pied le sol, noir, caractéristique de ce terroir. Vous marchez au milieu des vignes et vous observez  de vieux ceps qui n’ont pas d’âge. L’un produit des raisins blancs, son voisin des raisins rouges. Rien d’établi sur ces sols de schiste, le domaine de la Rectorie réalise ce qu’on appelle la complantation.

Les terrasses aménagées çà et là abritent du Grenache Noir, du Grenache Gris et quelques pieds de Grenache Blanc et pour finir du Carignan. Plus loin, pour les vignes plus jeunes, on trouve de la Syrah, du Mourvèdre, du Carignan plantés il  y a une trentaine d’années. Il y a même un petit peu de Counoise, cépage de la Vallée du Rhône, trop peu cultivé mais qui fait partie de la palette des 13 cépages de l’appellation Châteauneuf-du-Pape.

rectorie labour 300x202 degustation   Dégustation des vins du Domaine de la Rectorie

Le domaine travaille le sol de ses vignes au cheval

Pierre Parcé nous le dit : « on nous demande souvent des fiches techniques de dégustation. Les acheteurs, surtout aux Etats-Unis, veulent savoir la proportion de Grenache Noir, de Syrah etc… que renferme telle ou telle cuvée. Malheureusement, on ne le sait jamais précisément. Nous n’avons jamais compté le nombre de pieds de Grenache Gris, le nombre de Grenache Noir… c’est impossible, du moins pour les vieilles vignes qui sont complantées. »

Le domaine bénéficie de l’appellation Collioure qui, depuis 2003, autorise la production de blancs secs. Cette appellation s’étend sur quatre villages : Banyuls, Port-Vendres, Collioure et Cerbère. Elle représente aujourd’hui 507 hectares seulement, se confondant avec les 1700 hectares dédiés à l’appellation Banyuls et Banyuls Grand Cru.

Notre dégustation Midi-Vin

Argile 2010
90% Grenache Gris – 10% Grenache Blanc
AOP Collioure
Vin Blanc

C’est le vin blanc sec du domaine, produit en quantité très limitée. Le domaine ne possède en effet que 3,9 hectares de blanc (environ…)

Le vin s’ouvre sur un nez très aromatique. Le fruit jaune domine, des arômes de pêche suivis de très près par des arômes floraux type acacia particulièrement.
L’entrée en bouche est gourmande suivie d’une acidité très bien placée. L’équilibre qui se dégage est très appréciable et surprend. On comprend vite la magie de ces terroirs, influencés par les embruns maritimes. Terroirs chauds et secs donc, mais largement bercés par l’humidité et la fraîcheur de la mer si proche.
Côté aromatique on retrouve les fruits jaunes suivis par une légère amertume qui marque la dominante Grenache Gris de l’assemblage. La finale est marquée par de légers tanins et une rondeur gourmande qui permettent à cette cuvée de tenir un apéritif ou de nombreux poissons en sauce et un beau plateau de fromages de chèvre.

Côté Mer 2010

AOP Collioure
Grenache / Carignan / Syrah
Vin Rouge

Elevage de 18 mois en barriques (moins de 10% de bois neuf) et foudres. Cette cuvée fait honneur aux raisins qui murissent face à la mer, d’où le nom de cette cuvée.
Le premier nez est discret sur le fruit, la cerise particulièrement. L’aération lui fait du bien et révèle tout le potentiel de cette cuvée. Des arômes intenses et complexes de mûre envahissent le verre.
L’entrée en bouche est soignée. C’est très souple et l’élevage se fait des plus discrets. Des notes végétales de ronce se dégagent, c’est très bon. La finale se positionne sur un mélange de poivre noir et de réglisse.

Côté Montagne 2009
AOP Collioure
Grenache / Carignan / Mourvèdre et une pointe de Counoise
Vin Rouge

18 mois d’élevage en foudre majoritairement, une petite partie en barriques
Le nez s’ouvre sur des notes de cerise et de framboise. L’aération dévoile des notes de mûre. L’ensemble est très gourmand et facile d’approche.
L’entrée en bouche surprend par sa finesse, on s’attend à plus de tannins. Le milieu de bouche rattrape les premières impressions avec de la densité et une texture crémeuse, le tout parfumé par la mûre et du poivre noir sur la finale. Onctuosité, c’est le mot qui me vient à l’esprit une fois la dégustation terminée.

Muté sur grain

Pour ceux qui se poseraient la question, un vin muté sur grains est un vin dont la fermentation alcoolique a été stoppée par un ajout d’alcool vinique. Les levures supportant mal l’alcool à forte dose, arrêtent la transformation du sucre en alcool. Le terme « sur grain » signifie simplement que l’arrêt de fermentation s’est fait en cuve, lorsque le raisin y était présent. Le raisin donc, sa pellicule et ses pépins d’où le terme « sur grain ».

Cuvée Léon Parcé 2009
AOP Banyuls

Le premier nez est très complexe. On y trouve des notes de truffe, d’humus, de sous-bois, c’est excellent ! L’aération fait ressortir le poivre blanc. Aucune sensation d’alcool ne vient perturber la dégustation.

L’entrée en bouche est serrée. Les arômes de moka viennent tapisser le palais. Le milieu de bouche met en avant une légère acidité qui contrebalance très bien la sucrosité. La finale délivre des saveurs de pâte de coing, de fruits confits. Un vin à faire découvrir et pourquoi pas à l’aveugle.

L’Oriental 2010 (bientôt en vente sur Midi-Vin)
AOP Collioure
Vieilles vignes de Grenache Noir
Vin Rouge

Le premier nez est typique d’un Grenache Noir s’épanouissant au soleil. Il n’est pas sans rappeler des Grenache de Châteauneuf-du-Pape.
L’aération nous amène sur des notes empyreumatiques, le goudron et le fumé.
L’entrée en bouche est sur la rondeur, très typique des vieux Grenache Noir. Le milieu de bouche est épicé. La finale laisse place aux fruits rouges et à la fraîcheur du terroir de Collioure. Passionnant !

Parcé Frères 2010 (sur commande)
AOP Collioure
Vin Rouge

Une cuvée rare puisque les frères Parcé ne la vinifient pas chaque année. De nombreux facteurs entrent en compte dans la décision finale de créer cet assemblage ou non : les rendements de l’année, les assemblages définitifs des autres cuvées, le rendu gustatif de certaines parcelles. 2010 a permis de mettre en bouteille ce vin que l’on pourrait qualifier de « vin des copains », profitons-en !
Le premier nez s’ouvre sur l’épice, la réglisse plus précisément. L’aération libère instantanément un cocktail de fruits rouges, très gourmand, comme un grenache bien mûr avec une majorité de framboise.
L’entrée en bouche est légère. Nous ne sommes pas dans la typicité du domaine.  Pierre nous prévient que ce vin est un vin de « soif ». Facile à boire donc comme le révèlent ces tanins très fondus qui laissent place à la réglisse jusqu’en finale.