Causse Arboras : domaine en Terrasses du Larzac

Le chai d' class=
image-802

Le chai d’élevage des vins du Causse d’Arboras

Si vous avez le privilège d’entrer dans les chais du Domaine du Causse d’Arboras vous serez surpris par l’exigence et les moyens qui ont été mis en place.

Et cela ne se limite pas à la cave car le vignoble est aussi travaillé à la façon des grands crus bordelais ou bourguignons.
Le tout sur le terroir très prometteur des Terrasses du Larzac.
Tout est donc réuni ici pour faire un nectar à l’image du renouveau des vins du Languedoc-Roussillon…

Un vin haute-couture né de l’assemblage de trois personnalités

Ce domaine viticole est né de la collaboration de trois caractères complémentaires.
Le premier, Jean-Luc, viticulteur dans la petite commune d’Arboras, au pied du Pic Baudille, a apporté son savoir faire en viticulture et un vignoble tout destiné à produire des raisins de la plus grande qualité.
Le second, Jean-René, œnologue dans la région, a apporté son expertise en vinification.
Enfin, Jean-Louis a su réunir ces deux personnalités autour d’un projet ambitieux: « faire des Terrasses du Larzac (et du Causse d’Arboras) un des grands crus des vignobles du Languedoc-Roussillon ».
« Trois Jean » autour d’un même objectif. Il n’en fallait pas plus pour trouver un nom à la grande cuvée du domaine.

Les 3 Jean du Causse d'Arboras (de gauche à droite: Jean-Luc, Jean-Louis et Jean-René)

Au niveau de la production c’est du « sur-mesure », de la « haute-couture », en un mot: le rêve de tout vinificateur.
Le terroir, tout d’abord, est situé au pied des contreforts des Cévennes. Le soleil du Midi est ici tempéré par les courants frais descendus tout droit du Larzac. Le sol sec incite les racines à s’enfoncer profondément et à puiser la minéralité du sous-sol. La conséquence dans les vins: beaucoup fruit contrebalancé par de la fraîcheur et de la minéralité.
Ensuite tout est mis en place dans les vignes pour produire des vins de grande qualité: travail du sol, taille sévère, ébourgeonnage, vendange en vert, j’en passe… Même la plantation de nouvelles parcelles est effectuée dans ce sens (selon l’avis d’un ami ayant participé aux travaux de plantation). L’objectif ici est de juguler la vigueur afin de limiter la pression des maladies et de favoriser la concentration. Objectif atteint puisque le vignoble est actuellement en conversion vers les pratiques de l’agriculture biologique. De l’avis de Jean-Louis cette conversion est effectuée « seulement pour formaliser ce qui se faisait déjà ».

Vous l’imaginez, ce travail de précision ne s’arrête pas là. La récolte est bien entendu manuelle, transport en caissettes jusqu’à Montpellier – soit à quelques dizaines de kilomètres. La pratique est suffisamment rare dans la région pour être notée. Mais ce n’est surement pas un problème car une fois livrée la vendange est placée en chambre froide afin d’atteindre une température proche de zéro degré (notons que la construction d’un chai est en cours à proximité du vignoble, la principale contrainte selon Jean-Louis a été de fondre ce nouveau bâtiment dans le paysage rural d’Arboras).
La vendange est ensuite triée par une armée de petites mains. Au final, de petites billes noires seront encuvées – par gravité, bien entendu – dans un chai plus propre qu’un bloc opératoire. La suite n’est que travail du raisin, dégustations, décisions opportunes. Je résume un peu mais en réalité cette partie est vraiment délicate et demande un grand savoir faire (qui ici est visiblement maîtrisé).
Une fois les vinifications achevées, les vins sont entonnés dans des barriques de différents volumes, parcelle par parcelle et cépage par cépage, pour un long élevage de 12 à 18 mois selon la cuvée de destination.
L’assemblage final est enfin effectué pour obtenir 2 cuvées distinctes: Trois Jean et Les Cazes.

Le tri des raisins avant encuvage au Domaine du Causse d' class=
image-803

Passons maintenant à la dégustation de ces deux cuvées.

Trois Jean 2004 est un vin de longue garde. Après l’élevage en barrique de 18 mois, il vieillit en bouteilles pendant encore près de 2 ans avant d’être commercialisé. Il est désormais bon à boire mais pourra encore être gardé (au moins jusqu’en 2013).
La couleur est intense, évoquant concentration et puissance.
Le nez mêle des notes grillées, chocolatées et de torréfaction à un fruit mûr très puissant. Après aération vous percevrez des notes minérales bien présentes et une pointe végétale très agréable évoquant la fougère et le thym. Et la liste est loin d’être exhaustive tant la complexité aromatique de ce vin est notable. Le boisé est bien là mais reste fondu.
A la mise en bouche on est surpris par l’équilibre de ce nectar. L’attaque est ronde et soyeuse mais la fraîcheur est omniprésente. Les tanins sont d’une finesse étonnante. La persistance aromatique est très belle sur des notes de café, réglisse et garrigue.
Un très grand vin qui s’accordera à merveille avec une côte de bœuf à la bordelaise, des fromages puissant (type Morbier, Epoisses…) ou encore un fondant au chocolat noir.

Les Cazes 2006 est à mi-chemin entre concentration et fraîcheur.
Le vin est d’une belle couleur grenat. Son nez évoque les petites baies (myrtilles, cassis, fraises des bois), les épices douces, le cacao et le pain grillé. L’élevage sous bois est présent mais sait se montrer discret.
Ce vin puissant possède une bouche équilibrée et toute en finesse.  Il est étonnant par sa fraîcheur et sa rondeur.
Ce vin se mariera parfaitement avec un gigot d’agneau au thym ou des fromages à pâtes pressées (Salers, Cantal vieux, Conté…).

Pour finir voici les réponses de Jean-Louis à quelques une de nos questions.

Midi-Vin: – Qu’est-ce que vous préférez dans votre métier de viticulteur?
La partie culture et ses possibilités d’évolution en bio

Midi-Vin: – Qu’est-ce qui vous révolte le plus?
Le terrorisme intellectuel actuel sur « Vin et cancer ». Totalement injustifié d’ailleurs. (NDR: Jean-Louis est médecin)

Midi-Vin: – Pourquoi faire du vin, à l’heure où ce produit est de plus en plus mal considéré?
Pour ne pas laisser disparaître un pan tout entier de notre CULTURE (aux 2 sens du terme) qui fait notre renommée mondiale.

Midi-Vin: – Selon vous, quelle est la typicité des terroirs du Languedoc-Roussillon?
Ses conditions pédoclimatiques et leur influence sur certains cépages, en particulier Syrah, Grenache et Mourvèdre.

Midi-Vin: – A votre avis, quel est l’avenir des vins du Languedoc-Roussillon?
Son avenir se trouve dans la reconnaissance progressive, lente et difficile de sa reconversion qualitative.

Midi-Vin: – Quels sont vos producteurs préférés dans cette région?
Mas Jullien.

Midi-Vin: – Pouvez-vous nous parler brièvement des terroirs des Terrasses du Larzac et plus particulièrement d’Arboras?
Les Terrasses du Larzac constituent une véritable entité qualitative.
Le Causse d’Arboras a pour originalité sa situation au sein de ce terroir. Il est quasiment le seul domaine a une altitude de 320 m (avec le Pas de l’Escalette).
Dominant la moyenne vallée de l’Hérault il bénéficie des influences méditerranéennes (journées chaudes) mais aussi continentales des Cévennes (nuits fraîches), essentielles pour des maturations complètes et équilibrées.
Le sol est particulièrement drainant (argilo calcaire dur), le site est balayé par les vents (pas de fortes gelées).
Enfin il est totalement préservé et loin de toute pollution, entouré d’une faille naturelle d’une centaine de mètres de profondeur et de plus de 150 m de largeur.

Midi-Vin: – Qu’est-ce que vous aimez dans vos vins?
Leur complexité (tout en conservant une fraicheur et de très bons équilibres).

Midi-Vin: – Avec quel type de plats préférez-vous les déguster?
Un Carré d’agneau, une daube de sanglier ou des desserts au chocolat.

Midi-Vin: – Dans quelle région, autre que le Languedoc-Roussillon, auriez-vous aimé être viticulteur?
Aucune, ou bien le Var.

_______

Maintenant que vous savez tout, vous pouvez venir retrouver ces deux produits sur notre boutique.

Les Vignes du Causse d' class=
image-804

2 réflexions au sujet de « Causse Arboras : domaine en Terrasses du Larzac »

  1. Adelinwine

    Merci pour cette information. Je nuance cependant vos propos en faisant part de mon avis tout personnel concernant ce domaine. De passage dans la région j’ai été très surpris par l’accueil qui nous a été réservé à la propriété… Plus que privée…
    Pas de possibilité de déguster et surtout pas la possibilité de visiter la cave en construction. La convivialité vigneronne a été le maître mot de notre séjour à Montpeyroux mais pas vraiment dans ce domaine… Quant au vin il est introuvable, même pas à la propriété…

  2. Sylvain

    Je confirme votre avis négatif sur ce domaine. L’article écrit lors de notre visite date un peu maintenant. Nous ne commercialisons plus ce domaine car il ne semble pas être franchement dans une dynamique très sociale. Pourtant ces vins sont d’assez bonne facture. Tant pis pour eux : ils préfèrent certainement les vendre à l’export ou en exclusivité à je ne sais quel grand restaurant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *