Lexique du Vin

Lexique du Vin

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

A

Accord met vin : en gastronomie, alliance que l’on fait entre un plat et un vin en les servant simultanément, afin de sublimer les arômes et le goût de chacun d’entre eux. Il en existe des classiques (vin rouge puissant et gibier) comme des plus originaux (vin blanc sec gras et fromages).

Agriculture biodynamique : mode de production agricole basé sur l’utilisation de produits venant de la terre pour soigner le sol et les plantes. Ainsi, de la bouse de corne est dispersée dans le vignoble pour favoriser l’activité microbienne et la formation d’humus dans le sol. Les partisans de ce mode de production utilisent aussi de la silice de corne (qui assure un bon développement à la plante en la protégeant de certaines maladies), des tisanes et décoctions à base de plante (Achillée millefeuille, Camomille, Ortie, Ecorce de chêne, Pissenlit, Valériane), afin de récupérer tous les bienfaits de ces plantes. Ce mode de production accorde aussi beaucoup d’importance au calendrier lunaire (jour feuille, jour racine, …) qui module l’organisation des différents travaux du vigneron, ainsi qu’aux énergies des fluides (solution végétale pour les traitements, les vins,..) qui bercés de mouvements spécifiquement étudiés donneraient plus amples satisfactions. Le docteur autrichien Rudolf Steiner est considéré comme le père de ce « mouvement » de plus en plus en vogue actuellement. Ce philosophe disait : « de l’esprit doivent être tirées des forces aujourd’hui totalement inconnues, et dont le sens n’est pas simplement d’améliorer un petit peu l’agriculture, mais de permettre à l’Homme de survivre physiquement aussi sur terre ». Précurseur de l’agriculture propre en quelque sorte.

Agriculture biologique : mode de production agricole qui exclut l’utilisation de produits de traitement issus de synthèse chimique. Ce mode de production correspond à un label (AB pour la France) et est soumis à des contrôles.

Agriculture conventionnelle : mode de production agricole autorisant l’utilisation de toutes les technologies à disposition, notamment les produits de traitements issus de synthèse chimique. Le sens de ce mot a évolué en même temps que le « progrès » amenait de nouvelles solutions à l’agriculture (ex: insecticides organo-chlorés) pour finalement correspondre à une destruction systématique de tous les éléments non directement productifs. L’augmentation des résistances, la prise de conscience environnementale, la pression des consommateurs et le retrait de nombreuses matières actives du marché tend a faire disparaitre ce mode de production au profit d’autres moins problématiques.

Agriculture raisonnée : mode de production agricole, basé sur les principes de l’agriculture conventionnelle mais qui, à la différence de ce dernier, essaye de limiter au maximum le nombre et la puissance des interventions.

Agroalimentaire : secteur industriel ayant pour objet la transformation, l’exploitation et le conditionnement des produits agricoles. Le vin est particulier dans ce domaine puisqu’en France c’est souvent le vigneron qui transforme le raisin en vin puis qui le conditionne et le commercialise.

Agrobiologie : ce terme est né de la contraction d’agroalimentaire et de biologique. Souvent utilisé en opposition à agrochimie.

Agrochimie : voir agriculture conventionnelle

Alcool : le terme vient de l’arabe [al-kohol] qui signifie « esprit/liquide distillé ». L’alcool correspond en chimie à la molécule d’éthanol (CH3-CH2-OH). L’éthanol étant issu de la transformation d’une molécule de sucre. Au sens large ce mot désigne une boisson qui contient de l’alcool. Dans le vin l’alcool participe au bouquet et à la structure en bouche. La dégustation de vin sans alcool nous renseigne sur son rôle organoleptique.

Alcoolier : c’est la personne qui fabrique des boissons alcoolisées. Par extension le terme définit les grosses entreprises du secteur des vins et spiritueux.

Allergène : substance qui déclenche ou favorise l’allergie. L’allergie étant une réponse immunitaire inadaptée ou excessive. Les allergènes présents dans un produit alimentaire doivent être mentionnés par un étiquetage adapté. Dans le vin, ce sont souvent les sulfites même si le lait et l’oeuf doivent également être cités depuis une récente modification de la loi.

Altération : toute modification physico-chimique du vin qui aurait pour effet une perte des sensations organoleptiques peut-être considéré comme une altération (piqûre acétique, oxydation, madérisation, Brettanomyces, vieillissement…)

Ampélographie : science qui étudie la morphologie des cépages dans le but de les décrire et/ou de les reconnaître. Le plus célèbre ampélographe français est Pierre Galet.

AOC : Appellation d’Origine Contrôlée. C’est la reconnaissance d’appartenance à une appellation. Elle sont indiquées sous la forme : appellation (ex : Faugère, Corbières, Collioure, Saint Chinian,…) contrôlée sur les étiquettes des vins. Elles vont être remplacées dès les prochaines vendanges (ndlr : 2009) par le sigle AOP (Appellation d’Origine Protégée) dans le cadre de la réforme des appellations.

AOP : Appellation d’Origine Protégée. C’est la nouvelle dénomination apportée par la dernière réforme de l’OCM (Organisation Commune des Marchés), document régi par l’Union Européenne. On y retrouve la majorité des anciennes AOC.

AOVDQS : Appellation d’Origine Vins de Qualité Supérieur. Terme qui englobe les AOC et les VDQS (Vins De Qualité Supérieure) qui s’apprêtent à devenir les AOP.

Apogée : C’est la période optimale durant laquelle un vin sera dégusté. Comme le vin est un produit sensible à son environnement de conservation, cette apogée peut évoluer. Elle se compte en année depuis la mise en bouteille et est estimée sur des conditions idéales de conservation (température et hygrométrie constantes).

Appellation : ce terme définit l’origine géographique d’un vin et parfois son cahier des charges de production. AOC, AOVDQS, VDP sont des appellations. A noter que le système d’appellation européen va bientôt être modifié afin notamment de simplifier l’offre.

Arôme : principe odorant de certaines substances, notamment des aliments. Les arômes sont perçus par le nez, soit par la voie directe, soit par la voie rétro-nasale (lorsque l’aliment se trouve dans la bouche).

B

Barrique : contenant de conception ancienne, fait de morceaux de bois assemblés (sans colle ni clou). Autrefois utilisée pour le stockage et le transport des denrées et notamment des liquides, la barrique (de chêne) est aujourd’hui utilisée dans le vin du fait de ses capacités à faire vieillir celui-ci et à échanger certains arômes typiques. Synonymes: fût, tonneau, pièce

Binge drinking : littéralement « orgies d’alcool » ou « beuverie », ce terme correspond à un phénomène de société ayant cours chez les adolescents occidentaux en mal de sensations fortes.

Bio : voir Agriculture Biologique

Biodynamie : voir Agriculture biodynamique

Black rot : maladie de la vigne due à un champignon microscopique causant pertes de récoltes et de qualité

Boisé : se dit d’un vin ayant des arômes de bois de chêne du fait d’un passage en barrique. A outrance le boisé devient un défaut (« goût de planche »).

Botrytis cinerea : maladie de la vigne et de beaucoup de fruits et légumes qui produit le phénomène appellé pourriture grise, causant pertes de récolte et de qualité. Dans certaines conditions particulières le Botrytis sera responsable du phénomène appelé « pourriture noble« .

Bouchon : objet cylindrique en liège, plastique ou d’une autre matière se glissant dans le goulot d’une bouteille pour en assurer l’étanchéité.

Bouquet : le bouquet, appelé parfois « arôme tertiaire », qui résulte de l’évolution des arômes au cours du vieillissement. Les experts insistent souvent sur la température à laquelle on sert le vin, car celle-ci est susceptible de modifier la perception du bouquet. Ainsi, un vin présenté trop froid (en dessous de 8°C) ne peut pas exprimer son bouquet ; trop chaud (au-dessus de 18°C), il perd rapidement les parfums très volatils et risque d’exprimer des composés aromatiques lourds anormaux.

Bourgeon : c’est l’élément de plante qui sera conservé pendant l’hiver et qui assurera le départ en végétation au printemps de l’année suivante. La taille d’hiver permet de sélectionner le nombre et le type de bourgeons que l’on va conserver, ce qui va influencer la récolte dans sa quantité et sa qualité. En effet, chez la vigne les fleurs sont déjà préformées dans le bourgeon.

Bouse de corne : préparation utilisée dans la culture de la vigne conduite en biodynamie. La bouse de corne est faite de bouse de vache enterrée dans une corne de vache pendant plusieurs saisons puis mélangée à de l’eau et pulvérisée. La bouse de corne doit être préparée selon certaines règles (lune, saison…) et son application est sensée favoriser le développement microorganismes.

Bouteille : contenant en verre permettant d’accueillir le vin dans un volume précis et variable en fonction de la taille de celui-ci.

Bulle : terme désignant un vin effervescent, mousseux ou pétillant.

C

Cave : c’est l’endroit où l’on élabore le vin mais aussi l’endroit où on le conserve, puis par extension l’endroit où on le vend. Synonymes: chai, cellier…

Caviste : commerçant spécialisé dans la vente du vin. Dans le sud c’est aussi l’opérateur qui travaille en cave.

Cep : plant ou pied de vigne

Cépage : variété de vigne. Le nom des cépages est souvent sujet à variation selon les régions. Exemple de cépages: Merlot, Syrah, Grenache pour les rouges et Chardonnay, Viognier, Vermentino pour les blancs.

Château : contrairement à ce qui est communément admis, pour un vin l’appellation « château » ne nécessite pas l’existence d’un bâtiment fortifié ou la présence ancienne de vigne. Ont droit à l’appellation château les vins d’appellation (AOC ou AOVDQS) produits et vinifiés sur un même lieu, de la vigne à la bouteille. Le nom du château est quant à lui régi par le droit des marques.

Chêne : essence de bois considérée comme noble qui est utilisée à de nombreuses étapes de l’élaboration du vin (barriques, bouchons de liège)

Collage : Le collage des vins est une opération qui sert à clarifier et stabiliser les vins. Les colles à vins sont de deux nature : protéique (esentiellement utilisées pour les vins rouges sauf la caséïne et la colle de poissons) et minérale (utilisées pour les vins blancs).

Crise viticole : l’histoire du vin est ponctuée de nombreuses crises viticoles. Celles-ci sont dues à l’apparition de nouvelles maladies, de nouveau concurents, à la modification des habitudes de consommation ou encore à une inadaptation entre la production et la demande

Croissance : en viticulture, la croissance correspond à toute la période entre le débourrement et l’arrêt de croissance (vers le mois d’août) qui annonce le début de la maturation des raisins.

Cru : désigne une région ou ce qui y est produit, notamment pour le vin. Synonyme: terroir.

Cuivre : ce métal, du fait de ses propriétés fongicides est régulièrement utilisé dans la culture de la vigne, notamment pour les traitements phytosanitaires (sulfate de cuivre ou bouillie bordelaise).C’est un des rares produits autorisé en agriculture biologique et biodynamique mais il est souvent montré du doigt car peu mobile dans le sol, il causerait à terme des phytotoxicités et la disparition des microorganismes des sols. On utilise également le sulfate de cuivre en vinification lorsqu’un vin ne parvient pas à se débarasser de ses odeurs de réduction, le cuivre étant un oxydant puissant.

D

Débourrement : c’est par là que tout commence, lorsqu’au printemps les bourgeons laissés à la taille sortent de leur carapace gonflée et laissent entrevoir une pointe verte, entourrée par la bourre, ce coton protégeant les futures feuilles, rameaux et grappes.

Dégustation : c’est par là que tout se termine, lorsqu’enfin le nectar est porté à l’appreciation de nos sens. Il en existe plusieurs types: de la dégustation hédonique (pour le simple plaisir des sens) à la dégustation analytique (pour retracer l’histoire du produit).

Désherbage : technique d’entretien des sol qui supprime la présence d’herbe non souhaihable dans la culture principale. Le déseherbage peut être thermique, mécanique ou chimique. Cette technique présente certains avantages et inconvénients: par exemple, le désherbage chimique est souvent montré du doigt parcequ’il utilise des produits de synthèse que l’on retrouve fréquement dans les nappes phréatiques (utilisées par ailleurs pour l’alimentation humaine), pourtant cette technique reste – de loin – la méthode d’entretien du sol la plus utilisée, probablement du fait de son faible coût. Le glyphosate (Round Up) est un des herbicides les plus connus et utilisés. en Agriculture Biologique ou en Biodynamie, l’utilisation de produits chimiques étant proscrite, seuls le désherbage thermique (bruleur au gaz) ou mécanique (labour…) sont utilisés.

E

Effervescent : même si cela fait un peu penser à un médicament, c’est le nom officiel pour les vins à bulle (mousseux, Crémants…).

Élevage : dans l’élaboration du vin, l’élevage commence dès la fin des fermentations et se termine à l’ouverture de la fameuse bouteille. Cette étape fondamentale peut avoir lieu en cuve, en barrique, en foudres ou en bouteilles et comprend les stabilisations, clarifications et viellissement parfois nécessaires à l’épanouissement du vin.

Environnement : ensemble des des éléments physiques, chimiques ou biologiques, naturels ou artificiels, qui entourent la plante.

État sanitaire : concerne les vignes, les raisin ou la vendange en général. L’état sanitaire est conditionné par la présence plus ou poins importante de maladie (Mildiou, oïdium, Black Rot, Pourriture grise…) sachant que des raisins altérés par la maladie produiront un vin de moins bonne qualité.

Évolution : un vin qui viellit, évolue. Parfois cette évolution est nécessaire et recherchée (la vin s’arrondi…), parfois elle n’est pas recherchée (le vin devient passé).

Extra brut : caractéristique liée à la teneur en sucres résiduels des vins effervescents : doux (>50 g/L) ; demi-sec (entre 33 et 50 g/L) ; sec (entre 17 et 32 g/L) ; extra dry (entre 12 et 20 g/L) ; brut (<12 g/L) ; extra brut (<6 g/L). Pour comparaison, un vin rouge, blanc ou rosé classique contiendra moins de 5 g/L de sucre résiduel. Ils appartiennent à la famille des vins secs tranquilles.

F

Fermentation alcoolique : c’est la transformation des sucres contenus dans les raisins en alcool sous l’action de levures.

Fermentation malolactique : Vous entendrez parfois un vigneron parler de ses « malo ». Cette fermentation n’est pas systématiquement recherchée par le vinificateur (notamment pour les blancs secs) car elle diminue l’acidité et assouplit le vin. Elle transforme l’acide malique en acide lactique.

Floraison : Période correspondant à un stade phénologique de la vigne (Mai – Juin) durant laquelle ses fleurs s’épanouissent dans le but d’être fécondée par le pollen. Cette étape est fondamentale et extrèmement sensible car elle conditionne la quantité de récolte de l’année.

Fût : voir barrique.

G

Gras : terme employé pour évoquer l’onctuosité d’un vin, sa rondeur en bouche. Ce terme est très souvent employé pour qualifier des vins blancs en opposition aux vins vifs.

Gel : accident climatique, qui – s’il a lieu au printemps, alors que la vigne a effectué son débourrement – causera pertes de récoltes sur l’année et éventuellement sur l’année suivante.

Goût : en dégustation cela correspond aux sensations de bouches concernant uniquement le sucré, le salé, l’acide et l’amer.

H

Hooligan : personnage assez triste qui ne déguste pas et encore moins du vin. Synonyme: rustre, bois sans soif.

Hygrométrie : C’est la mesure (en pourcentage) du taux d’humidité dans l’air. Pour une bonne conservation, il faut une cave entre 60 et 80% de taux d’hygrométrie.

I

IGP : acronyme pour désigner les vins d’indication géographique protégée. Cet acronyme remplace les vins de pays.

L

Labour : technique d’entretien des sols assez traditionnelle souvent utilisée en Agriculture Biologique ou en biodynamie, même si ce n’est pas exclusif.

Levage : le levage est l’opération qui consiste à guider la végétation de la vigne – qui est une liane – grâce à des fils de fer principalement. cette opération se fait au printemps et peut être également suivie d’un relevage (2ème passage).

Loi Evin : Claude Evin promulgue cette loi le 10 Janvier 1991. Elle concerne la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme. Concernant l’alcool, elle limite fortement le droit de faire de la publicité aux boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes opérations de marketing.

M

Maladies : altération des fonctions des végétaux dont les symptomes sont connus. Exemple de maladie ou pathologie de la vigne : le Mildiou, l’Oïdium, le Black Rot,…

Marketing : le marketing est l’ensemble des moyens (les 4 P : Product, Place, Price, Promotion) dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients.

Marque : c’est un signe susceptible de représentation graphique servant à distinguer les produits ou services d’une personne physique ou morale.

Marque régionale : marque rayonnante et visant à promouvoir les produits d’une région entière. SUD DE FRANCE en est un exemple pour la région Languedoc-Roussillon.

Matière active : dans un produit de traitement ou un désherbant, c’est la matière ou molécule chimique qui est responsable de l’action sur le pathogène ou la plante que l’on souhaite enlever. Par exemple, lorsqu’on traite à la bouillie bordelaise contre le Mildiou, la matière active contenue à un certain pourcentage dans la bouillie (20 à 30 %) est le Cuivre, d’où la couleur bleue de la bouillie bordelaise.

Micro-organismes : êtres vivants microscopiques tels que les bactéries, les levures,… Ces micro-organismes jouent un rôle essentiel dans les cycles écologiques, mais certaines espèces sont pathogènes.

Mildiou : « champignon » (Plasmopara viticola) qui appartient à la famille des oomycètes. Il est responsable de la maladie homonyme qui dégrade les feuilles des jeunes pousses de vigne.

Millésime : série de chiffres indiquant l’année de la récolte du raisin ayant servi à faire le vin.

Mode de conduite : le mode de conduite est constitué par la hauteur du tronc du cep de vigne, le système de taille (taille en gobelet, en cordon de Royat, en Guyot,…), la charge (nombre de bourgeon et sarments laissés sur chaque cep) et le palissage des sarments (espalier, lyre, foule).

Modélisation des maladies : prise en compte des interactions entre trois facteurs : climatologie, vigne et maladie ; dans le but de limiter le développement de cette maladie et rendre les traitements les plus efficaces possibles (en détectant les périodes à risque où l’utilisation de traitement est nécessaire).

Muscat : cépage d’origine grecque qui peut être blanc, rouge ou gris. Dans le Languedoc-Roussillon, les deux variétés blanches les plus représentées sont : le Muscat d’Alexandrie (appelé aussi Muscat à gros grains) et le Muscat à petits grains. Ce cépage est vinifié en Vin Doux Naturel (VDN) ou en vin sec. C’est l’un des cépages les plus aromatiques.

Mutage : procédé qui consiste à arrêter la fermentation d’un moût. Il peut se faire en ajoutant de l’alcool (voir Vin Doux Naturel), soit en ajoutant de l’anhydride sulfureux (liquoreux et moelleux de Bordeaux et de Loire).

N

Nature : se dit d’un vin dont l’élaboration est le fruit du travail de la nature (levures indigènes présentes sur le raisin) et que l’homme n’a pas souhaité intervenir par adjonction d’additifs ou d’adjuvants visant à facilité sa fermentation ou améliorer sa limpidité et sa stabilité dans le temps. Les vins natures sont souvent de belles expressions du terroir, mais leur qualité peut être naturellement inégale.

Non dosé : se dit d’un vin effervescent n’ayant pas reçu de liqueur de dosage. La liqueur de dosage servant généralement à ajouter une pointe de sucre pour déterminer la catégorie du futur vin effervescent (vin doux, demi sec, extra brut, brut,…).

O

Oenologie : science et technique de la fanrication et de la conservation des vins.

Oenologue : spécialiste d’oenologie responsable du bon déroulement des fermentations. C’est l’homme de science du vin. Certains oenologues connus voyagent de continent en continent pour prodiguer leurs conseils.

OGM (organisme génétiquement modifié) : porteur d’un ou de plusieurs gènes provenant d’autre organisme, les OGM possèdent un ou plusieurs caractères nouveaux issus des organismes donneurs, qu’ils expriment dans leur croissance, leur vigueur, leur capacité à élaborer des substances biologiques. Au niveau de la vigne, des expérimentations sont menées (résistance au maladie,…) mais aucun texte n’autorise la plantation hors expérimentation.

Oïdium : « champignon » (Uncinula necator) qui appartient à la famille des ascomycètes. Il est responsable de la maladie homonyme qui dégrade les feuilles des jeunes pousses de vigne ainsi que les raisins.

Organoleptique : se dit de ce qui est capable d’affecter un recepteur sensoriel. Les vins lors de la dégustation sont soumis à un examen organoleptique.

P

Pesticide : produit chimique conçu pour détruire des organismes considérés indésirables ou nuisibles.

Production intégrée : c’est l’emploi raisonnée et combiné de toutes les méthodes dont on dispose contre les ennemies de façon à maintenir leur nocivité à un niveau assez bas pour que les dégats occasionnés soient économiquement tolérables. On traite lorsqu’on atteind le seuil de nuisibilité.

Production raisonnée : Dans ce type de production, on privilégie les éléments naturels qui permettent de limiter les ravageurs, de même, on choisit les substances chimiques les moins nocives pour l’Homme et l’environnement.

Produits de traitement : Ce sont les produits que les viticulteurs utilisent pour traiter la vigne contre les maladies et ravageurs de la vigne.

Publicité : activité ayant pour objet de faire connaître une marque ayant pour but d’inciter le public à acheter un produit ou un service ; ensemble des moyens et des techniques employés à cet effet.

Pulvérisateur : instrument ou machine servant à projeter un liquide (produits de traitements, herbicides ou solution d’engrais) en gouttelettes très fines.

Pyrèthre : Chrysanthème sauvage d’Asie occidentale, fournissant un insecticide puissant et non toxique pour l’homme, la poudre de Pyrèthre.

Q

Qualité : descriptifs physiques (couleurs, limpidité,…) ou chimiques (acidité, alcool, amertûme,…) visant à caractériser la valeur d’un produit.

R

Relevage : c’est le fait de relever les sarments afin de les coincer dans les fils du palissage. Le but étant de conduire le feuillage sans que celui-ci ne retombe à terre.

Résidu de produits phytosanitaires : Les résidus de produits phytosanitaires sont les parties des molécules qui ne sont pas biodégradable par l’environnement.

Résistance : terme qui concerne la faculté des parasites de la vigne à acquérir une résistance vis à vis des produits phytosanitaires utilisés contre eux.

Rudolf Steiner : Philosophe autrichien créateur de la culture biodynamique. Voir Agriculture biodynamique.

S

Silice : le gel de silice est un adjuvant utilisé pour le collage et la clarification des vins.

Sol : c’est le support des vignes. Là où elle puisse tous ses nutriments. il constitue aussi la réserve hydrique de la plante. Il est un des éléments essentiels du terroir.

Soufre :composant de base qui permet d’aseptiser les éléments entrants en contact avec le vin au cours de la vinification. Des mèches de soufre sont par exemple, utilisées pour aseptiser les cuves.

Soutirage : action qui consiste à tirer le jus au clair d’une cuve ou d’une barrique. On élimine ainsi le dépôt qui s’est déposé au fond du contenant. Cette action éclaircit le vin et élimine les lies (levures mortes).

Structure : c’est un terme de dégustateur qui décrit la charpente d’un vin. Elle est en rapport avec les tanins d’un vin, on parle de structure tanique.

Sulfites : mention obligatoire sur les vins depuis 2005 pour cause de risques allergènes. Les sulfites sont naturellement dans le vin et sont présents pour protéger contre la piqure acétique qui transforme le vin en vinaigre.

T

Tanin : il provient de la peau des raisins et des pépins. Il peut aussi provenir du contenant en chêne d’élevage. Il octroie au vin son caractère et sa longévité.

Température : tout comme l’hygrométrie, la température est un facteur essentiel de la bonne conservation du vin. C’est aussi un élément très surveillé lors des différentes fermentations. La fermentation alcoolique dégage de la chaleur et fait augmenter la température du moût.

Terroir : même si la définition fait encore débat, le terroir viticole est défini par 3 composantes : le climat, le type de sol et la topographie. Ce sont uniqument des éléments naturels qui définissent un terroir.

Tracteur : matériel mécanisé permettant de faciliter les travaux de labourage, de pulvérisation.

Traitement : se dit d’un travail du vigneron contre une maladie de la vigne. Exemple : traitement au soufre de l’oïdium.

Travail du sol : le travail du sol a plusieurs objectifs : augmenter sa porosité et sa perméabilité, améliorer sa structure (le rendre moins compact par ex.), limiter les pertes d’eau, limiter l’enherbement des plantes concurrentes au pied de vigne.

Tronçais : la forêt de Tronçais dans l’Allier est réputée comme la plus belle chênaie d’Europe. Les chênes sont utilisés dans la tonnellerie.

Typhlodrome : acarien prédateur. S’attaque aux vignes et aux arbres fruitiers.

V

VDN : Acronyme pour désigné les vins doux naturels. la fermentation est arrêtée net par la technique du mutage qui consiste à ajouter de l’alcool neutre dans la cuve. Cette opération tue les levures en quelques secondes, la fermentation est stoppée et permet ainsi de conserver du sucre dans le vin.

VDP : Acronyme pour désigné les vins de pays. Il est utilisé officiellement depuis le 1er aout 2009. Il est valable en Europe (règlement CE n°510/2006).

Vif : terme employé pour qualifier un vin avec une belle acidité et beaucoup de fraicheur. Terme le plus souvent employé pour les vins blancs.

Vigne : le genre Vitis Vinifera est la principale espèce de vignes cultivée en Europe et dans le monde. Elle se décline en très nombreux cépages.

Vigneron : par opposition au viticulteur, le vigneron s’occupe aussi des vinifications et produit du vin.

Vin : le vin est le résultat obtenu exclusivement par la fermentation alcoolique, totale ou partielle, de raisins pressés ou entiers.

Vin effervescent : Un vin effervescent est un vin contenant du dioxyde de carbone (CO2) en quantité suffisante pour lui conférer des bulles et de la mousse à l’ouverture de la bouteille ou tout du moins une sensation de picotement en bouche. Le vin effervescent est l’opposé d’un vin tranquille. Ils sont de trois types en fonction de la teneur en CO2 : perlé (ou perlant), pétillant et mousseux.

Vin nature : le vin nature n’a pas de définition établie mais il est convenu de définir un vin nature comme un vin qui a subi très peu d’intervention (filtration, collage, soufre ajouté) de la part du vinificateur.

Vin sans soufre ajouté : cette mention peut être faite par le vigneron qui ne sulfite pas ses vins lors du processus de vinification.

Vin tranquille : il peut se définir par opposition au vin effervescent.

Viticulteur : par opposition au vigneron, le viticulteur ne ferait que les travaux agricoles et vendrait son raisin.

Partagez cet article

Mise à jour par à .

Une réflexion au sujet de « Lexique du Vin »

  1. Ping : Note d’étonnement : Vinocamp Savoie 2012 : Vins de Savoie sont plus consommé à NYC qu’à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>