Tout plaquer et s’installer comme vigneron en Languedoc

Néo-vigneron ou le rêve d’installation vigneron

« Cela faisait 20 ans que je travaillais dans cette entreprise, puis, avec ma femme, on a décidé de déménager et d’acheter un domaine, partir à l’aventure, changer d’air. »

Combien de vignerons anciennement néophytes tiennent le même discours ? De plus en plus, qui, grâce à leur passion et leur motivation participent au maintien de la vigne et viennent enrichir la diversité des producteurs.

Les exemples d’installation de jeunes vignerons (jeune au sens de néophyte) ne manquent pas dans la région Languedoc Roussillon : les premières années sont terribles, la confrontation aux éléments naturels. On peut être avoir été un as de la finance, du marketing, tout savoir de la chimie ou de l’immobilier, sachez cependant que la viticulture ne s’invente pas : elle s’apprend, sur le tas, dans le froid de l’hiver, les pluies, la grêle pour les plus malchanceux.

Lors de notre rencontre avec Pascale Moustiès du Domaine Mortiès en Pic Saint Loup, elle nous avait fait part de son ressenti après son installation en 2008 sur le domaine :

Nous sommes partis euphoriques au début, c’est à la fois très apaisant, mais c’est aussi du stress. Le temps passe très vite ici, il y a beaucoup à faire. C’est aussi un monde très administratif. […] On fonctionne avec le climat, il y a beaucoup d’éléments que l’on ne maîtrise pas et j’ai vite découvert que nous étions totalement dépendants du froid, de la pluie, du vent… Ce sont des contraintes supplémentaires qui entrent en compte dans le travail. On accompagne notre terroir, on essaye de le comprendre, de l’observer et d’intervenir le moins souvent possible, mais au mieux, juste pour l’accompagner. Les vendanges, c’est un moment joyeux, c’est un aboutissement. […] Ce n’est pas le même stress que dans une vie citadine.

Un autre exemple marquant en Pic Saint Loup et récent est Le Chemin des Rêves. Benoit Viot, ancien directeur marketing dans l’industrie pharmaceutique a franchi le cap en 2004, son Chemin des Rêves est aujourd’hui une réussite. Il a su conjuguer connaissances commerciales et viticulture pour nous offrir de très belles cuvées.

Les exemples ne manquent pas et chacun a son passé, sa petite histoire. La rencontre avec ces vignerons est toujours très intéressante, enrichissante, car en plus de partager leur passion ils ont ce petit plus qui leur appartient, leur parcours, souvent semé d’embûches, vous transporte au coeur du métier, côté pile, côté face.

A propos, un excellent livre de Catherine Bernard : Dans les Vignes, Chronique d’une reconversion aux éditions ROUERGUE. 240 pages qui vous transportent en un clin d’oeil au cœur du sujet.

Dans les Vignes - Catherine Bernard

Dans les Vignes – Catherine Bernard

Comment trouver son bonheur ?

Le plus simple pour planifier son installation est de s’adresser aux agences immobilières spécialisées et leur exposer votre projet : région souhaitée, nombre d’hectares, vignoble plus cave plus maison ou vignoble seul, autant d’éléments qui vont faire fluctuer les prix de 1 à 10 !

Voici une liste non exhaustive d’agences qui sauront vous renseigner :

Lords & Sons à Gigondas, agence plutôt spécialisée sur les Côtes du Rhône bien que certaines références soient situées en Provence ou à l’international.

Les Safer vous proposent de nombreuses options : des domaines mais aussi des parcelles plantées ou nues. Chaque région est représentée par la Safer, le site de la Safer du Languedoc-Roussillon est le plus complet avec une trentaine de domaines à la vente.

Transagri Vignobles, très spécialisé dans les domaines situés aux environs de Béziers, Pézenas, Narbonne, vous propose une quarantaine d’annonces.

Vinea Transaction, le site le plus complet qui regroupe des annonces sur toutes les régions viticoles de France, d’Italie et quelques annonces à l’international. De nombreuses propositions plutôt axées sur le haut de gamme, une vingtaine en Languedoc, le double en Vallée du Rhône etc…

Comment se porte le marché actuel ?

La multitude de propriétés à la vente pourrait être perçue comme un frein à l’achat. Certes, le vignoble français connait une crise, mais elle n’est pas généralisée.

Au niveau des prix proposés, la crise fait qu’on peut trouver de belles propriétés à vendre avec le matériel de culture et de vinification complet, une maison et le vignoble à des prix abordables.

Les indicateurs sont au vert, les exportations progressent et le climat morose qui s’était installé ces dernières années a tendance à disparaître.

Chacun met le budget qu’il peut, mais les belles opérations existent, toutes les exploitations en vente ne sont pas en dépôt de bilan.

La barrière qui semble la plus difficile à franchir aujourd’hui reste le banquier, mais ça, c’est une autre histoire …

Cette entrée a été publiée dans Editorial le par Sylvain.
À propos Sylvain

Créateur du site Midi-Vin et spécialiste achat en ligne de vin du Languedoc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *