Archives pour la catégorie Rencontre avec …

Le domaine de Sigalière : toujours en Pic Saint Loup ?

Sigalière Pic Saint Loup

Sur la commune de Carnas dans le Gard, un vigneron se bat tous les jours pour conserver ses 16 hectares de vignes. Après 32 ans passés en cave coopérative, André  Moulière, vigneron blogueur, s’apprête à fêter son dixième millésime au domaine de Sigalière.

Face à une conjoncture des plus difficiles, face au nouveau cahier des charges de l’INAO définissant l’aire de production des vins du Pic Saint Loup, André se bat et veut toujours y croire. Dans son article publié en début d’année : « Pic Saint Loup : Des vignerons solidaires ??? », André pousse un coup de gueule et dénonce, sans demi-mesure, les tourments des assemblées générales qui menacent son domaine et le travail d’une vie.

Quoiqu’il en soit, le millésime 2012 est en route, la vie continue et le fruit d’une année de travail à la vigne va se jouer en quelques jours de fermentations. Il faut rester vigilant, à chaque instant, un métier passionnant mais harassant.

Sigalière a 5000 ans !

André Moulière pensait être « le défricheur d’une partie de la garrigue et du vignoble qui composent le Domaine de Sigaliere ». Pourtant dans la garrigue environnant son domaine, il découvre un tas de pierres mystérieux. Ni une ni deux, André fait appel aux personnes compétentes pour tenter de percer l’histoire ce « tas » de cailloux. Quelle ne fût pas sa surprise quand il reçut le rapport rédigé en 1934 par deux archéologues. Il s’agit en fait d’une aire à incinération de l’époque néolithique.

Voici le rapport : « Un peu au sud-ouest de la côte 228, au quartier de la Clause, sis dans la commune de CARNAS (Gard) et non loin de la limite des départements du Gard et de l’Hérault, sur un mamelon formé par un affleurement des strates calcaires, recouverte comme à l’ordinaire d’un cailloutis et sur lequel a été a été élevée une de ces tours d’observation en pierre sèche pour bergers, si nombreuses dans la région, se trouve une aire à incinération préhistorique.
Les monuments de cette nature semble être fort rares, même dans la région de la garrigue méditerranéenne où cependant l’incinération a été la règle depuis le Néolithique le plus reculé et où les sépultures néolithiques par incinération abondent; c’est, à notre connaissance, le seul qui ait été signalé dans la région « 

L’histoire n’a pas d’âge, le domaine de Sigalière en a un. Voilà une raison supplémentaire pour André de continuer à faire vivre son domaine et sa garrigue environnante.

L’histoire du verre

Le domaine écrit sa propre histoire chaque année en produisant des cuvées qui portent toutes le nom d’une plante, d’un fossile ou d’une ère géologique. André Moulière était présent au Salon Vinisud 2012 ce qui nous a permis de déguster ses cuvées et papoter une bonne heure durant sur le salon, son domaine, l’avenir. En attendant, l’avenir se lit dans le verre, parce qu’à Sigalière, les cuvées sont faites pour rester. Preuve en est, André avait apporté une étonnante cuvée « Les Ammonites 2003 » ; arrivé à maturité, le croquant de son Grenache nous fait encore saliver ! Pour les vins blancs du domaine, même combat. Combien sont-ils à produire (dans les alentours), des vins blancs capables de tenir dans le temps ? Pas beaucoup.

Voici le compte rendu de nos impressions.

L’Hélianthème 2007
Sauvignon – Roussanne
Vin de Pays des Cévennes – Vin Blanc

Domaine Sigaliere Heliantheme MED rencontre avec   Le domaine de Sigalière : toujours en Pic Saint Loup ?

Domaine de Sigalière – L’Héliantheme 2007

La couleur se présente sous un jaune or légèrement évolué. Le premier nez est sur des notes balsamiques (sève), vient ensuite un côté toasté grillé pas désagréable. L’aération libère ce côté beurré apporté par l’élevage en barrique.

En bouche l’attaque est sur le gras immédiatement suivie par l’acidité très bien intégrée aux saveurs toastées. Ce vin est atypique, on se croirait en bourgogne ; une belle bouteille à faire déguster à l’aveugle, son côté beurré, toasté et cette acidité sont très bien intégrés et équilibrés les uns par rapport aux autres.

A faire déguster aux alentours de 15°Celsius pour ne pas bloquer les arômes de ce vin par un service trop froid.

Portlandien 2009
Grenache Blanc – Roussanne
AOP Languedoc

Sigaliere Portlandien MED rencontre avec   Le domaine de Sigalière : toujours en Pic Saint Loup ?

Domaine de Sigalière – Portlandien 2009

Avec seulement 1500 bouteilles produites par hectare, cette cuvée se fait rare. Les vignes sont noyées dans un champ de calcaire et le vin produit respecte à la lettre son terroir : minéral. Si vous vous demandez ce qu’entendent des professionnels par le terme minéral, plongez le nez dans cette cuvée. Humez là, ressentez le caillou calcaire.

Dès le premier nez, pas de doute, nous sommes sur une minéralité affirmée, perceptible sans forcer. L’aération du vin nous porte sur des notes de pommes confites. Une impression d’équilibre et de finesse se dégage du verre.

 L’entrée en bouche est épicée, de l’anis tout d’abord puis des notes grillées en milieu de bouche. Le vin parcourt le palais très facilement, rien d’exubérant. L’élevage en barrique lui donne de l’allonge et distille des notes florales, légères comme l’est cette cuvée Portlandien 2009.

Les Ammonites 2007
AOC Pic Saint Loup – Vin Rouge
Syrah – Grenache – Carignan

domaine la sigaliere les ammonites 2003 rouge MED rencontre avec   Le domaine de Sigalière : toujours en Pic Saint Loup ?

Domaine de Sigalière – Pic Saint Loup – Les Ammonites 2009

Premier vin de la gamme des Pic Saint Loup du domaine.

La couleur au fond du verre est noire. Impossible de voir à travers le vin. Le premier nez est très typé syrah. Il est complexe, mêlant la garrigue aux fruits noirs (mûre et cassis). L’entrée en bouche est d’une légèreté qui interpelle par rapport à la couleur du vin. La structure est très bien définie, c’est très volumineux en bouche. L’extraction a été parfaitement maîtrisée, ce n’est pas un vin bodybuildé, il livre des arômes de réglisse très typiques des terroirs du Pic et toujours ces fruits noirs qu’on avait à l’olfaction. La persistance en bouche laisse apparaître l’élevage en barriques, c’est très bon !

Les Ammonites 2009
AOC Pic Saint Loup – Vin Rouge
Syrah – Grenache – Carignan

La couleur est toujours aussi noire sur ce millésime, signe d’une richesse et d’une matière sans aucun doute prononcées.

Sur le 2009, le nez est encore un peu jeune, on sent tout le potentiel de cette cuvée mais ce nez nous semble timide, la majorité de Syrah ne distille que quelques notes épicées.

L’entrée en bouche est ample, le vin remplit la bouche en un instant. La matière est crayeuse, la syrah est puissante, l’assemblage est équilibré. Ce vin nous plonge en un dixième de seconde dans la garrigue du Pic Saint Loup. La finale s’étire sur la lie, signe que le vin n’est pas filtré.  André cherche à garder la personnalité de ses terroirs. La densité qu’offre Les Ammonites 2009 permettra à cette cuvée de vieillir tranquillement pendant au moins 10 ans.

Orchis 2009
AOP Pic Saint Loup – Vin Rouge

Carignan – Syrah

Domaine sigaliere orchis 2007 rouge MED rencontre avec   Le domaine de Sigalière : toujours en Pic Saint Loup ?

Domaine de Sigalière – Pic Saint Loup – Orchis 2009

La cuvée haut de gamme du domaine : entre 2000 et 3000 bouteilles produites selon le millésime.

La couleur est marquée par la syrah qui séjourne en barrique pour son élevage et prend une couleur violine très prononcée. Le premier nez est marqué par la barrique sans pour autant être désagréable. L’aération dévoile des notes de cuir et de réglisse suivie d’une cerise à l’eau de vie.

L’entrée en bouche est très veloutée. Le milieu de bouche est marqué par l’élevage et une grande concentration en matière tannique très intégrée. Des notes mentholées apportent de la fraîcheur. La finale est  plus marquée par un côté garrigue et  le marc de Cognac. La longueur laisse entrevoir une belle évolution dans le temps.

En espérant que tous ces tourments administratifs n’affecteront pas le domaine de Sigalière et nous permettront encore de déguster longtemps les vins d’André.

Le Mas Bruguière en Pic Saint Loup

Midi-Vin accueille un « petit » dernier  dans sa gamme : le Mas Bruguière en Pic Saint Loup. Niché entre le Pic Saint Loup et la falaise de l’Hortus, le domaine peut se vanter d’avoir une longue histoire familiale : huit générations se sont succédé et c’est aujourd’hui Xavier et son épouse Marjorie qui perpétuent la tradition de la culture de la vigne au sein de la famille.

index01 rencontre avec actualite   Le Mas Bruguière en Pic Saint Loup

Photo tirée du site internet du Mas Bruguière

Un vignoble magnifique

Les 20 hectares de vignes du domaine se divisent en trois parties : La première, « Cantafaroune » est située à 5 kilomètres au nord du domaine. Caractérisé par des argiles rouges, ce terroir est planté de Syrah, de la Marsanne, de la Roussanne et du Vermentino et quelques pieds de vieux Grenache. C’est le terroir le plus frais et le plus tardif du domaine, une aubaine pour le vin blanc et la Syrah « croquante » aux accents plus septentrionaux.

Le second terroir appelé « Le rocher de la bergère », est lui le plus précoce. Exposés plein sud, le Mourvèdre et le Grenache s’épanouissent dans un sol d’éboulis profond, apportant puissance et complexité au vin.

Les dernières parcelles du domaine sont situées sur le lieudit de « La Plaine ». De part et d’autre de la route qui serpente entre le Pic Saint Loup et la falaise de l’Hortus, ce terroir argilo-marneux voit de la Syrah et du Grenache embellir le paysage.

Des vins qui respirent leur terroir

La vigne est conduite en agriculture biologique, les vins eux, sont traités tout en douceur. Les raisins sont encuvés par gravité et aucun intrant œnologique n’est ajouté. Il en ressort des vins exprimant parfaitement leur terroir, un équilibre entre la fraîcheur et la complexité. Suite au nouveau texte de lois sur les vins biologiques, il ne fait aucun doute que les futurs millésimes seront classés comme tel.

Les vins rouges ne sont pas filtrés ; concernant le blanc et le rosé, seule une légère filtration permet de sublimer les couleurs dans le verre.

Le domaine présente une gamme équilibrée : 4 rouges pour 1 blanc et 1 rosé, de quoi pénétrer le terroir du Pic Saint Loup.

Les vins ont été dégustés au mois de février lors du salon international des vins  méditerranéens : VINISUD.

Mas Bruguiere L Arbouse Rose MED rencontre avec actualite   Le Mas Bruguière en Pic Saint Loup

L'Arbousé Rosé - Mas Bruguière en Pic Saint Loup

L’Arbousé 2011, le rosé du domaine est un régal. Un verre en appelle un autre. Pour ce rosé issu principalement d’un pressurage lent et minutieux, l’assemblage est fait entre de la Syrah (50%), du Grenache (40%) et du Mourvèdre (10%).

Le nez  se veut très léger, très délicat. Pas d’agressivité, seulement la finesse d’un fruit généreux et d’une fraîcheur entraînante.

Pour la bouche, rien de mieux que de boire un rosé qui désaltère. Tout s’assemble, le fruit et la fleur, pour finir sur un vin gouleyant, qui laisse une sensation de légèreté sur le palais et la langue, une grande réussite pour ce Pic Saint Loup rosé.

Mas Bruguiere les muriers 2005 MED rencontre avec actualite   Le Mas Bruguière en Pic Saint Loup

Les Muriers - Mas Bruguière en Pic Saint Loup

Les Mûriers 2011, le blanc du domaine en appellation Coteaux du Languedoc (l’appellation Pic Saint Loup pour les blancs n’existe pas). Un assemblage de 80% de Roussanne et 20% de Marsanne.

La fermentation est conduite à la fois en cuve et en demi-muit ; idem pour les 10 mois d’élevage qui suivent la fermentation alcoolique.

Le nez s’ouvre sur le fenouil/l’anis, suivi de près par la douceur de l’élevage, un côté légèrement toasté qui n’enlève rien à ce subtil mélange de saveurs épicées et fruitées (pêche blanche).

L’entré en bouche est délicate, sur la rondeur de l’élevage et fait la part belle aux fruits puis à la minéralité ; on a la sensation d’être au milieu des vignes. Quelle finesse ! Un régal que de voir cette Roussanne sublimée par un boisé des plus fondus qui apporte du corps et de la longueur à cette cuvée. Mention très bien !

Intéressons-nous maintenant aux vins rouges.

Mas bruguiere l arbouse 2005 MED rencontre avec actualite   Le Mas Bruguière en Pic Saint Loup

L'Arbouse - Mas Bruguière en Pic Saint Loup

La dégustation commence avec L’Arbouse 2010, sur le terroir du Pic Saint Loup. Cette cuvée est un assemblage entre la Syrah (55%) et le Grenache (45%). La cuvée est faite pour être consommée dans les premières années, sur le fruit. Le premier nez nous plonge dans son terroir. Des notes de fruits noirs (cassis et mûre) aux notes délicates de fumée, tout est là pour se régaler.

L’élevage pour moitié en cuve et moitié en foudre de chêne dégage une fraîcheur détonante pour ce Pic Saint Loup.

L’entrée en bouche est gouleyante, aucun tannin n’accroche, que du fruit et de la fraîcheur. Une sensation de sucrosité, bien placée, accentue la douceur de l’assemblage. Le milieu de bouche est porté par un cocktail de fruits et de légères notes réglissées. L’intégrité des cépages et du terroir est respectée ; un vin qui reflète bien la philosophie du domaine : douceur et fraîcheur.

Mas bruguiere la grenadiere MED rencontre avec actualite   Le Mas Bruguière en Pic Saint Loup

La Grenadière - Mas Bruguière en Pic Saint Loup

Poursuivons avec La Grenadière 2009. Cet assemblage de Syrah (75%), Grenache (15%) et Mourvèdre (10%) offre le vin au potentiel de garde le plus élevé du Mas Bruguière.

Ce sont les vieilles vignes du mas qui composent l’assemblage et après une maturation régulière qui apporte densité et volume au raisin, le vin est élevé 18 mois en foudre et en demi-muit. Toujours des grands contenants pour ne pas effacer le fruit et le terroir de ses vins.

C’est un coup de cœur. Comment ne pas résister à l’équilibre général de cette cuvée ? Entre un nez qui vous plonge dans la maturité et la fraîcheur d’un terroir et une bouche qui vous donne à la fois de la finesse et de la puissance maîtrisée, on ne sait plus où donner du palais !

Un savant mélange d’épices et de fruits noirs pour une bouche pleine, qui s’épanouit et laisse la sensation d’un vin franc et équilibré, on ne peut pas faire plus. A essayer de toute urgence !

Finissons avec la cuvée Septième 2008, septième pour 7, comme les sept générations qui se sont succédé au Mas. Cette cuvée faire la part belle au Mourvèdre, puisqu’elle en contient 90%, complété par la Syrah.

Le premier nez est complexe, on oscille entre le fruit noir et quelques notes empyreumatiques (fumé, pierre à fusil). L’aération positionne le nez sur des senteurs de sous-bois au matin puis du pain d’épice et du caramel.

L’entrée en bouche est marquée par une sucrosité très intégrée, en équilibre avec les tanins et l’acidité. Le milieu de bouche est fruité, gras et conduit vers une finale poivrée. Une sensation « géniale » pour reprendre mes notes et mention très bien pour ce Mourvèdre pas des plus faciles à maîtriser souvent. Le raisin et la vinification sont au top ! Midi-Vin commercialise pour l’instant le millésime 2007.

Nous avions passé un très bon moment à VINISUD avec le Mas Bruguière. Cette dégustation allait nous conduire à vous proposer ces vins qu’il faut avoir goûté pour s’enrichir de toutes les nuances possibles du terroir du Pic Saint Loup. Nombreux sont les domaines qui placent cette appellation au plus haut de la complexité et de la fraîcheur. Une aubaine pour le Languedoc-Roussillon !