Archives pour la catégorie Editorial

Vin doux naturel du Languedoc Roussillon : qui es tu ?

Le vin doux naturel , c’est quoi ?

Le vin doux naturel est un vin dont la fermentation alcoolique est stoppée par un mutage à l’alcool vinique (neutre en arôme et en goût). Cet arrêt de la fermentation alcoolique des moûts a deux effets :

  1. augmenter le titre alcoolique du vin doux naturel
  2. conserver du sucre résiduel dans le vin doux naturel (de 45 à 120 g par litre)

Les méthodes de vinification des vins doux naturels

En blanc : le mutage se fait après le pressurage sur les moûts de fermentation.

En rouge : l’opération peut se faire comme en blanc pour obtenir un vin doux naturel rouge peu tannique et léger. On peut aussi faire du muté sur grains c’est à dire que l’alcool de mutage est ajouté aux baies de raisin qui vont macérer de 1 à 5 semaines avant le pressurage. Cette méthode en fait des vins doux naturels plus aptes au vieillissement que ce soit en milieu oxydatif (solera) ou réducteur.

Les principaux vins doux naturels en Languedoc Roussillon

La région Languedoc Roussillon est une grande pourvoyeuse d’appellations de vins doux naturels. Ainsi, le Languedoc fournit :

  1. l’appellation Muscat de Frontignan
  2. l’appellation Muscat de Lunel
  3. l’appellation Muscat de Mireval
  4. l’appellation Muscat de Saint Jean de Minervois

Le Roussillon a lui aussi plusieurs appellations qui consacrent des vins doux naturels :

  1. l’appellation Banyuls
  2. l’appellation Banyuls Grand Cru
  3. l’appellation Maury
  4. l’appellation Muscat de Rivesaltes
  5. l’appellation Rivesaltes

Les muscats en vin doux naturels

Seul le cépage Muscat blanc à petits grains est autorisé dans les appellations de muscat en Languedoc. Ce cépage est connu aussi en Italie où il sert de base aux vins effervescents de type Moscato d’Asti. En Roussillon, pour le muscat de Rivesaltes, le muscat d’Alexandrie est autorisé en complément du muscat blanc à petits grains. Ce cépage est connu pour entrer dans la composition des muscats espagnols tels que le Moscatell, le Moscatel portugais (région de Sétubal) ou de Sicile. En France, d’autres appellations utilisent le muscat blanc à petits grains : l’Alsace (associé au muscat ottonel qui est utilisé aussi dans des pays d’Europe de l’Est comme l’Ukraine, la Moldavie, la Roumanie et la Hongrie) et la Clairette de Die. L’arôme muscaté provient de molécules (les terpènes) qui donnent des arômes floraux et de raisin frais. Les muscats souffrent d’une image vieillissante (mes grands-mères servaient toujours un muscat aux visiteurs) alors que ce sont des vins qui nécessitent une parfaite maîtrise de la vinification sous peine de lourdeur.

Nos muscats en vente sur Midi-Vin :

Muscat de Frontignan du Mas de Madame : récompensé au guide Hachette

Mas de Madame Muscat Frontignan MED edito   Vin doux naturel du Languedoc Roussillon : qui es tu ?

Muscat de Lunel du Château Grès Saint Paul :

Gres Saint Paul La Sevillane MED edito   Vin doux naturel du Languedoc Roussillon : qui es tu ?

Le Banyuls roi des vins doux naturels ?

Le titre est un peu provocateur mais j’ai une adoration pour ces vins et notamment les mutés sur grains. Je trouve que ces vins associent richesse aromatique, texture et suavité comme aucun autre vin. Un subtil mélange de fraîcheur et de force qui ravira les amateurs du genre. A réserver avec des desserts chocolatés (essayer avec un fondant en rafraîchissant légèrement le Banyuls), le roquefort (en jouant le contraste sucré / salé et la texture grasse du fromage des Causses), une tarte aux fruits secs (amandes grillées, noisettes).

Banyuls – Muté sur Grains : Léon Parcé 2011 – La Rectorie (100% Grenache Noir)

domaine de la rectorie cuvee lion parce 2005 vdn MED edito   Vin doux naturel du Languedoc Roussillon : qui es tu ?Banyuls – Muté sur Grains : Thérèse Reig 2011 – La Rectorie (Grenache et Carignan)

Therese Reig La Rectorie MED edito   Vin doux naturel du Languedoc Roussillon : qui es tu ?

 Maury : une appellation de vin doux naturel en plein renouveau

C’est une appellation qui a souvent souffert par le passé de l’aura de son prestigieux voisin, le Banyuls. Le Maury était associé à tort aux méthodes ancestrales dite du vin cuit (cuisson dans de grands chaudrons en cuivre, le chauffage tuant la fermentation dès 15° degrés d’alcool obtenu). Mais c’est une appellation qui se renouvelle en déclinant le maury sous plusieurs formes (les mentions Grenat (avec 75% de grenache minimum) ou Tuilé (vin élevé à la propriété en milieu oxydatif jusqu’au 1er septembre de la deuxième année suivant celle de la récolte) pour les rouges et Ambré (même contrainte que le Tuilé mais pour un vin blanc) ou Blanc pour les blancs, le Hors d’age pour les vins élevés 5 ans et plus, le Rancio pour les élevages oxydatifs avec élevage très long). Chez Midi-Vin, on apprécie tout particulièrement le Maury Blanc pour ces notes florales et fruitées (abricot notamment) très caractéristiques. Il peut très bien se marier sur des fromages type Cantal ou une tarte tatin où le caramel servira de révélateur à ses arômes.

Maury Blanc – Manou 2012

La Preceptorie Maury Blanc Manou MED edito   Vin doux naturel du Languedoc Roussillon : qui es tu ?

Rivesaltes : l’influence maritime et du vent

Rivesaltes est une appellation situé autour du village éponyme. Ce vignoble est soumis à la Tramontane (1 jour sur 3) et subit un vrai climat méditerranéen (2555 heures d’ensoleillement). Cette appellation se décline aussi en grenat, tuilé, ambré, hors d’âge et rancio.

Rivesaltes ambré Hors d’âge – Vignerons de l’Agly 14 ans d’age
Malheureusement, cette cuvée extraordinaire est en rupture. On attend toujours sa remplaçante. Mais c’est vraiment des produits extraordinaires à déguster avec un cigare ou en digestif.

Rivesaltes 14 ans d age MED edito   Vin doux naturel du Languedoc Roussillon : qui es tu ?

Enfin une dernière info : il existe un concours international des vins doux naturels hors d’âge chaque année à Vivès dans les Pyrénées Orientales.

 

 

 

Millésimes en Languedoc 2014 – Ma petite contribution

Ce sera le dernier opus de la série Millésimes en Languedoc. C’est un petit échange sur Facebook avec un ardent défenseur des vins du Languedoc Roussillon (Patrick Maclart) et bloggueur patenté du Bourgogne Wine Blog ainsi que quelques questions posées à Véronique Attard du Mas Coris (qui a fourni des échantillons pour l’AOP Languedoc Cabrières et qui est venu partager ces vins à Carcassonne) qui m’a poussé à écrire cet article.

Millésimes en Languedoc : le but

Millésimes en Languedoc est une opération de communication orchestrée par le CIVL afin de faire la promotion des vins d’appellation du Languedoc Roussillon auprès de journalistes de presse du vin et quelques bloggueurs du vin. Cette année, la typologie des invités a été élargie aux journalistes fooding / styles de vie afin d’intégrer surement un peu plus la composante oenotouristique dans les retombées.

Millésimes en Languedoc : les moyens

Le budget de cette opération Millésimes en Languedoc doit être conséquent. Logés 70-80 personnes pendant au minimum 3 nuits dans des hôtels classés au minimum 3 ***, nourrir midi et soir ces mêmes personnes, organiser leurs aller-retours depuis leur lieu de villégiature et en plus leur organiser des sorties l’après-midi pour les distraire et leur faire connaitre la région autrement qu’en mettant le nez dans un verre : tout cela doit avoir un coût non négligeable (le CIVL communique t il sur le budget de l’opération ?) auquel il faut ajouter la prestation de l’agence de communication qui organise tout cela (et de manière remarquable je dois dire). Difficile d’estimer ce chiffre mais si tout le budget est supporté par les cotisations des vignerons, je peux comprendre que çà grince des dents quelque part.

Millésimes en Languedoc : les retombées

Lorsque vous recevez votre invitation, il n’est fait nullement mention de contreparties. Vous êtes invité et votre professionnalisme doit faire le reste. Dans mon premier article, j’essaye de recenser les articles qui sont parues sur le web à ce sujet. Pour la presse papier, je suppose que le CIVL recense tout de même les parutions faites et communique auprès de ses cotisants. Pour l’avoir entendu lors des différentes discussions, il se passe aussi des mises en relation commerciales lors de l’événement. Un journaliste du vin de n’importe quel pays présent lors de cette opération est en relation avec beaucoup d’acteurs économiques du vin dans son pays et son carnet d’adresses doit être bien rempli. Donc un fort potentiel de débouchés économiques (même si on ne doit pas gagner à chaque fois) pour les vignerons qui jouent le jeu (envoi de 3 échantillons + déplacement sur Carcassonne). Concernant les blogueurs, chacun d’entre eux qui en parle librement participe à la notoriété globale d’un domaine. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe Google : si vous êtes caviste ou potentiel acheteur et que vous cherchez un domaine, si vous tombez sur un article indiquant tout le bien que pense tel ou tel blogueur d’un vin, vous serez certainement enclin à acheter ce vin.

Millésimes en Languedoc : les questions

La question qui revient souvent de la part des vignerons : est-ce que tous les échantillons sont ils traités de la même façon ? est ce que tous les domaines, les appellations sont sur le même pied d’égalité ? J’ai (naïvement peut être) la sensation que tout le monde est traité de la même façon. Le repas de midi où les vignerons sont invités à venir déjeuner avec les participants (journalistes / bloggueurs) est un peu une loterie. Mais d’après ce que j’ai entendu, les vignerons n’étaient pas très nombreux à se bousculer pour venir discuter et faire déguster leurs vins. Bien sur, il y a la soirée Marques, soirée de prestige des négociants dans un beau restaurant mais tout le monde sait bien que c’est une soirée promotionnelle. D’ailleurs si je puis me le permettre, ce serait bien d’essayer de faire des accords mets vins pour ce repas. Cela n’empêche pas d’apprendre des choses (ma voisine de table était la responsable commerciale Russie de Val d’Orbieu) sur les différents acteurs de la viticulture languedocienne et leurs différentes actions. Ne soyons pas manichéens et arrêtons l’opposition systématique vigneron indépendant / négociant. Tout n’est pas blanc d’un côté et noir de l’autre : il faut que ces deux mondes arrivent à collaborer pour utiliser leurs points forts comme synergie pour le bien de tous (OK parfois je suis un peu bisounours). Mais j’ai été un peu perturbé par certaines choses lors de ces dégustations :

  1. le manque d’échantillons sur certaines appellations : par exemple, si je me réfère au site du syndicat Minervois la Livinière, cette appellation regroupe 32 caves particulières et 3 caves coopératives. 18 échantillons proposés à la dégustation sur 5 millésimes. L’idée de ces dégustations est de se faire une idée qualitative sur une appellation, une région. Je trouve vraiment dommageable que les domaines les plus connus ne soient pas fortement incités (par leur syndicat) à participer à ces événements pour le plus grand bien commun. Même si ils n’ont pas besoin de ces opérations pour mieux vendre leur vin : où est passé la solidarité vigneronne ?
  2. pas de dégustation à l’aveugle : on connait tous les avantages de ce type de dégustation qui permet de niveler les a-priori.
  3. une signalétique qui mélange dans les supports papiers fournis, les domaines certifiés AB, agriculture raisonnée (qui n’est pas un label), Terra Vitis. Le Languedoc Roussillon est le premier vignoble bio au monde : faisons de cet argument une force.
  4. un manque d’informations vis à vis des vignerons sur le processus de sélection des vins lors des présentations des appellations (3 cuvées par domaine),  sur les événements pendant ces 3 jours (certains ont découvert le repas dits des marques), les personnes présentes (quels journalistes ? de quel pays ? dans quoi ils écrivent ? papier ? internet ? pourquoi sont ils invités ?), les retombées (y a t il un retour du CIVL aux participants ? comment être certains qu’une vente soit faite à cause de ce genre d’événement ?).

Voilà ce sera tout.