L’apéritif, ici c’est Muscat : coup de pouce de la région

L'apéritif ici c'est Muscat

La nouvelle campagne de publicité, financée par le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon et la marque Sud de France, est dès à présent programmée pour l’été 2008. Humour, soleil et détente sont les maîtres mots de ces visuels faisant la promotion des vins de Muscat. Mais vous verrez probablement vous-même ces publicités, pendant vos vacances, si vous avez la chance de venir dans la région.

Mais à propos, le Muscat c’est quoi ?

C’est tout d’abord un cépage, ou plutôt des cépages.

Extrêmement aromatiques, on les reconnait à leurs arômes caractéristiques de rose, de litchi, d’agrumes, de fruits exotiques et par cette note particulière, légèrement musquée, qui fait qu’il est facilement identifiable à l’aveugle.

Les vins sont donc faits à partir de ce type de cépages. En Languedoc-Roussillon c’est le muscat d’Alexandrie (ou à gros grains) et le muscat à petits grains, qui serait par ailleurs d’origine grecque, qui sont préconisés.

Les vins doux naturels sont produits dans les appellations de Muscat de Frontignan, de Rivesaltes, de Lunel, de Mireval et de Saint-Jean de Minervois. Ils présentent une forte concentration en sucres car ils ont été « mutés ». C’est-à-dire qu’on a stoppé la fermentation alcoolique avant son achèvement, avec de l’alcool de distillation. Les sucres présents sont donc naturels et proviennent du raisin, d’où le nom de Vin Doux Naturel ou VDN.

Il existe aussi des vins secs faits à base de ces cépages. On les trouvera dans les AOC qui autorisent ce cépage en blanc, mais aussi en Vin de Pays et en Vin de Table. Le muscat sec est tout aussi agréable que son grand frère car l’absence de sucre lui procure beaucoup de fraîcheur et les arômes muscatés sont un peu plus discrets.

Les VDN de Muscat se dégustent frappés à moins de 10°C alors que les vins secs de ce cépage s’apprécieront entre 10 et 12°C.

Une réflexion au sujet de « L’apéritif, ici c’est Muscat : coup de pouce de la région »

  1. Sté

    Bonjour Clément,

    Cela fait très longtemps, trop longtemps, que je n’ai pas bu de muscat.

    A l’époque ou j’habitais dans la région, je consommais souvent du muscat de Saint-Jean-de-Minervois.

    Lorsque je me suis installé sur Périgueux, j’ai tout de suite imaginé que ce vin serait un délice avec notre foie gras local.

    C’est en effet le cas ! ;o)

    Mon beau-père natif de Lézignan, le préfère même au Monbazillac ou autres Saussignacs locaux !

    @micalement.

    Stéphane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *